Méthode de la description fractale (MDF)

Fondamentalement, on part de l’hypothèse que les systèmes de réseaux complexes, tels qu’ils existent habituellement dans les domaines des institutions, des processus et des réseaux politiques, devraient être décrits à l’aide de méthodes de pensée holistique. On s’attend ensuite à ce que cette approche saisisse également les contextes généraux et serve de base pour tirer des conclusions sur la question.

La pratique montre cependant que les schémas de pensée inculqués tendent à simplifier autant que possible des processus et des procédures complexes ou à les décomposer en questions partielles. Toutefois, cette approche consiste habituellement à réduire la complexité de la question et les faits qui la déterminent à une vision linéaire (unidimensionnelle).

L’un des principaux défis de l’analyse du discours politique est la multitude de paramètres qui influent sur lesquels il faut se fonder pour aborder la question complexe du leadership politique. Comme cela surcharge l’imagination fournie par les schémas de pensée classiques, il est utile d’utiliser des modèles mathématiques. Le MDF permet une description multidimensionnelle de questions politiques complexes et interdépendantes dans la mesure où il est possible d’enregistrer un nombre croissant de paramètres influençant.

La méthode de description fractale (MDF) et son intégration dans l'analyse du discours politique ont été développées par Ulrike Reisner pendant trois ans en coopération avec Helmut Detter, ancien professeur de technologie des microsystèmes à l'Université de technologie de Vienne, qui a eu l'idée initiale (pour plus d'informations, voir ici).

Dans une analyse politique, l'utilisation de la MFD est basée sur trois étapes - recherche documentaire, consultations d'experts, description de la question en décomposition fractale - comme base pour une discussion qualifiée et d'autres analyses politiques.
Dans la pratique précédente de l'application du MFD, la méthode du brainstorming a bien fonctionné comme outil à l'étape 3. L'objectif de ce processus de brainstorming est de recueillir un certain nombre de paramètres d'influence pour décrire l'hypothèse de base. Ces paramètres d'influence sont pondérés en fonction de leur effet sur la question, afin de sélectionner les trois paramètres les plus influents. Sur cette base, les paramètres d'influence sont introduits étape par étape dans le modèle fractal. Cette méthode permet de décrire la question déterminante à partir de trois paramètres d'influence principaux définis dans le premier niveau de cercle structurel et de les détailler dans les niveaux de cercle structurel inférieurs suivants (voir figure). Les paramètres d'influence doivent être identifiés avec un haut degré de précision. La réduction du nombre à trois découle du fait que le trépied représente un système stable en sciences naturelles. L'autosimilarité de la fractale permet de décrire toujours plus en détail les paramètres d'influence.